Search

Bibliothèque : les nouveautés documentaires

Bibliothèque : les nouveautés documentaires

M02246822696-source

Vanessa SPRINGORA, Le consentement, chez Grasset. AUTOBIOGRAPHIE. Prix Jean-Jacques Rousseau 2020

« Au milieu des années 80, élevée par une mère divorcée, V. comble par la lecture le vide laissé par un père aux abonnés absents. À treize ans, dans un dîner, elle rencontre G., un écrivain dont elle ignore la réputation sulfureuse. Dès le premier regard, elle est happée par le charisme de cet homme de cinquante ans aux faux airs de bonze, par ses œillades énamourées et l’attention qu’il lui porte. Plus tard, elle reçoit une lettre où il lui déclare son besoin «  impérieux  » de la revoir. Omniprésent, passionné, G. parvient à la rassurer : il l’aime et ne lui fera aucun mal. Alors qu’elle vient d’avoir quatorze ans, V. s’offre à lui corps et âme. Les menaces de la brigade des mineurs renforcent cette idylle dangereusement romanesque. Mais la désillusion est terrible quand V. comprend que G. collectionne depuis toujours les amours avec des adolescentes, et pratique le tourisme sexuel dans des pays où les mineurs sont vulnérables. Derrière les apparences flatteuses de l’homme de lettres, se cache un prédateur, couvert par une partie du milieu littéraire. V. tente de s’arracher à l’emprise qu’il exerce sur elle, tandis qu’il s’apprête à raconter leur histoire dans un roman. Après leur rupture, le calvaire continue, car l’écrivain ne cesse de réactiver la souffrance de V. à coup de publications et de harcèlement. «  Depuis tant d’années, mes rêves sont peuplés de meurtres et de vengeance. Jusqu’au jour où la solution se présente enfin, là, sous mes yeux, comme une évidence  : prendre le chasseur à son propre piège, l’enfermer dans un livre  », écrit-elle en préambule de ce récit libérateur. Plus de trente ans après les faits, Vanessa Springora livre ce texte fulgurant, d’une sidérante lucidité, écrit dans une langue remarquable. Elle y dépeint un processus de manipulation psychique implacable et l’ambiguïté effrayante dans laquelle est placée la victime consentante, amoureuse. Mais au-delà de son histoire individuelle, elle questionne aussi les dérives d’une époque, et la complaisance d’un milieu aveuglé par le talent et la célébrité ». Source Grasset.

Chimpanzes-mes-freres-de-la-foret

Sabrina KRIEF, Chimpanzés, mes frères de la forêt, chez Actes Sud. SCIENCES DE LA NATURE

« Sabrina Krief nous convie à pénétrer dans l’intimité des seigneurs de la forêt africaine. Dotée d’une patience infinie, elle est parvenue à gagner la confiance de l’une des plus denses communautés de chimpanzés au monde, celle de Sebitoli, dans le parc national de Kibale, en Ouganda. Extraordinairement vivant grâce aux extraits de ses carnets de terrain, ce livre nous permet de vivre ses interminables attentes, ses doutes, ses peines, ses joies et ses découvertes. Au fil des années passées dans la forêt ougandaise, Sabrina a appris à identifier ces chimpanzés au premier coup d’œil, à percevoir leurs personnalités, leurs humeurs et leurs histoires de vie. Ils sont ses meilleurs guides pour mieux connaître la forêt équatoriale et en découvrir les secrets. Sabrina nous fait également partager son indignation face à l’injustice sociale et environnementale qui touche autant les chimpanzés que les paysans qui vivent autour du parc national. Elle nous montre comment les chimpanzés parviennent à s’adapter à la présence croissante des humains sur leur territoire et combien les hommes pourraient, à leur tour, gagner à faire une place auprès d’eux à leurs frères de la forêt ». Source: Livres FNAC

 

Millen_Famille Zero Dechet_A4_Affiche-1

Jérémie PICHON et Bénédicte MORET, Famille presque zéro déchet, chez Thierry Souccar Eds. SOCIETE

« Réduire ses déchets pour la planète, pour sa santé, pour le porte-monnaie, c’est le moment ! Mais comment s’y prendre ? En marchant dans les pas de Jérémie et Bénédicte. Ce livre, à la fois carnet de bord pas triste, et guide pratique, vous mènera au but en vous épargnant bien des pièges ! Avec humour et autodérision, les auteurs vous proposent un plan d’action détaillé et 10 défis Zéro Déchet pour vous lancer. En s’appuyant sur leur connaissance de l’écologie, ils livrent des centaines de conseils pratiques et d’alternatives simples pour le quotidien : courses, cuisine, nettoyage, mobilier, hygiène, maquillage, vêtements, jardin, bricolage, festivités… Car les déchets sont partout ! Ce que vous allez gagner : l’amélioration de votre écobilan familial (1 poubelle de 15 L pour 1 mois), moins de toxiques et de sacrées économies. Plus le sentiment exaltant d’être acteur de sa vie, de sa santé, de créer du lien, de toucher à l’essentiel ». Source: www.famillezerodechet.com et Thierry Souccar

 

71LiTBjdqXL-1

Laurent MISERY, Votre peau a des choses à vous dire, aux Editions Larousse, SANTE

« Qu’est-ce que la peau ? Quelle est sa relation avec le cerveau ? Comment le stress agit-il sur sa santé ? La peau influence-t-elle notre mental ? En rassemblant plusieurs disciplines, biologie, psychologie et génétique, Laurent Misery, spécialiste en psycho-dermatologie, répond de manière simple et concrète à toutes ces questions et propose de comprendre comment interagissent la peau et le cerveau. Si nous savons que nos émotions, et le stress en particulier, ont un impact sur notre peau, cet ouvrage montre de manière inédite que les maladies cutanées ont elles-mêmes de fortes répercussions sur notre psychisme. Enrichi de nombreux cas, cet ouvrage fournit des conseils pour rompre ce cercle vicieux et prendre soin de sa peau autrement, sans forcément passer par des crèmes ». Source: éditions Larousse

 

 

617My5awjdL

Pierre BIRNBAUM, La leçon de Vichy, au Seuil. HISTOIRE 

« Pierre Birnbaum, le théoricien de l’État fort à la française dont il a dessiné l’idéal-type, universaliste et protecteur des minorités, est né en juillet 1940, à Lourdes, quelques jours après l’instauration du régime de Vichy, de parents juifs et étrangers, dans une famille persécutée puis traquée par « l’État français » et par l’Occupant. À l’âge de deux ans, il est confié à une famille de fermiers des Hautes-Pyrénées avec sa sœur à peine plus âgée. Enfant caché, il doit sa survie à des Justes alors que les hauts fonctionnaires du régime de Vichy collaborent à la chasse aux Juifs. Par un étrange déni, il ne s’était jusqu’ici jamais interrogé dans son travail sur cet « État français » qui a mobilisé tous les moyens pour les traquer, lui et sa famille. Il retrace, dans ce livre émouvant, les années de persécution de son enfance à partir d’archives saisissantes, tant locales que nationales, et se fait l’historien de sa propre histoire. Il pose surtout en des termes nouveaux, depuis le cœur de sa théorie, la question de la continuité entre la République et Vichy. L’État devenu « français » sous la houlette des droites extrêmes, est-ce encore l’État ? Cet ouvrage d’une force singulière ne manquera pas de susciter le débat sur un pan de notre histoire toujours disputé. Car, conclut Pierre Birnbaum, le fait que les hauts fonctionnaires passés au service de Vichy aient été si peu sanctionnés pour leurs responsabilités dans la persécution et la déportation des Juifs de France reste un héritage lourd à porter. Toutes les conséquences de la leçon de Vichy n’ont pas été tirées ». Source: Seuil

71wy+xyxMkL

Eddy de WIND, Terminus Auschwitz, chez Michel Laffon, HISTOIRE

« Nous savons que pour nous il n’y a qu’une issue, qu’un moyen d’échapper à cet enfer barbelé : la mort. Déporté à Auschwitz en 1943, Eddy de Wind, médecin et psychiatre néerlandais, est affecté au baraquement 9 où officie le Dr Mengele, l’Ange de la mort. Dans le Block voisin, de prétendus scientifiques conduisent d’abominables expériences sur les prisonnières, parmi lesquelles la femme qu’il aime, Friedel. En 1944, quand l’armée russe approche et que les Allemands forcent les prisonniers survivants aux funestes  » marches de la mort « , Eddy se cache. Dans le camp abandonné, il écrit, pour l’Histoire, ce qu’il a vu et enduré. Ce sera Terminus Auschwitz, l’un des rares témoignages intégralement rédigés dans l’enceinte du plus grand centre d’extermination du IIIe Reich. Comprenant des photos de la vie d’Eddy avant, pendant et après l’Holocauste, ce récit poignant est à la fois un témoignage des atrocités perpétrées à Auschwitz, l’histoire d’un amour né et grandi dans l’enfer ainsi qu’une réflexion crue sur le genre humain ». Source: Babelio

Les événements à venir